Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cela est si près de la vérité .......................

 

 

Un soir comme tant d’autres Alfred regarde tranquillement la télévision. Au bout d’un moment il se décide à l’allumer, c’est vrai que c’est souvent plus chiant à regarder allumée qu’éteinte, mais Alfred ne peut pas se passer de regarder sur son magnifique écran la grande messe du 20H. Il a déjà essayé de se désintoxiquer, mais cela n’a pas été franchement concluant et très vite il est retombé dans la machine à laver le cerveau.

La messe se passe avec les rituels quotidiens, faits divers et délinquances, entrecoupés d’informations parfois plus importantes mais qui ne sont pas développées afin de ne pas encombrer le cerveau des fidèles, sans oublier bien sur quelques images sur l’immigration ou l’irresponsabilité des syndicats dans un pays où les caisses sont vides. Quand vient la minute people, le présentateur annonce la nomination du prochain ministre du travail en remplacement du précédent qui s’est tué à la tache lors d’un safari au Kenya, l’heureux gagnant s’appelle : Jean Jacques PATHIE. « Ça alors, » se dit Alfred, Jean Jacques, le fils de la crémière avec lequel il a fait une bonne partie de sa courte scolarité et de nombreuses conneries …

Après de nombreuses péripéties et de longs mois d’attente, Alfred obtient un rendez-vous avec son vieux copain Jean Jacques. Après les poignées de main et une timide accolade suivie de quelques souvenirs, Jean Jacques qui ne doute pas qu’Alfred est venu lui demander un « service », lui demande :

— Alors Alfred, que puis-je pour toi?

— Et bien voila, sans vouloir profiter, j’ai mon fils qui est au chômage et bien qu’il ne sache pas faire grand chose j’aimerais qu’il trouve du travail.

— Ah, ça peut s’arranger, s’il aime voyager je peux lui trouver une place dans une de nos ambassades à 10000 euros, plus de petits avantages.

— Et bien, c’est à dire que…

— Ah, je vois tu n’as pas envie que ton fils parte trop loin? Alors pas de problème, un poste d’assistance chez un membre du gouvernement à la commission européenne à 7 ou 8000 euros, ça te va?

— Et bien, c’est que je pensais…

— Tu préfères qu’il reste en France ? Je te comprends. Conseillé d’un énarque ou d’un secrétaire d’état à 6000 euros, ça te va? Je sais, ce n’est pas le « Pérou », mais il y a pas mal de temps libre. Ou alors en parlant de temps libre, je le nomme dans une commission pour «L’étude du chômage sur les jeunes dyslexiques dans les campagnes » par exemple, là je crois que c’est à 5000 euros et tu te réunis 2 à 3 fois par an.

— C’est pas la question,…

— Ah, tu préfères qu’il soit en province et qu’il reste prés de chez lui. Alors là il faut que je trouve une sorte de mission ou un détachement spécial, c’est un peu plus compliqué. Et je te préviens ça ne va pas dépasser les 3000 euros !

— Non, ce n’est pas le problème. Ce que je veux c’est qu’il travaille normalement, un job tout simple, mais dans la fonction publique de préférence.

 Jean Jacques reste un moment interloqué par la demande d’Alfred, puis il lui dit :

—Fonctionnaire de base ! Alors là, ça ne va pas être possible. Il va être obligé de passer un concours, il va être en concurrence avec 2000 candidats, et son salaire risque d’être au alentour du SMIC. Désolé, mais là je ne peux rien faire…là il n’y a aucune solution, aucun passe droit, aucun privilège, tout le monde a le droit de concourir. Moi je peux seulement influer sur les postes un peu « haut de gamme » qui ne demandent pas de qualités particulières, mais sur les postes utiles au service public je n’ai aucune prise, et il faut un minimum de compétences. C’est pour cela que l’on veut les privatiser ou les externaliser, c’est trop de complications … et pas assez de …souplesse, tu comprends ? Et les pressions du Medef pour récupérer cette part du gâteau, pardon, du marché sont quotidiennes, et leurs « arguments », plutôt convaincants.

Jean Jacques ponctue sa dernière phrase d’un coup d’œil, et dépité, Alfred opte pour le poste à 5000 euros, mais il regarde dorénavant différemment les fameux fonctionnaires de base, que son beau frère n’arrête pas de critiquer parce qu’il a loupé tous les concours auxquels il s’est présenté !

 

« Les fonctionnaires c’est comme les livres dans une bibliothèque, ce sont ceux qui sont rangés le plus haut qui servent le moins » … CLEMENCEAU

 

source

 

 

 

FONCTIONNAIRE ? CA VA PAS ETRE POSSIBLE !
Tag(s) : #INFOS SYNDICALES

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :