Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Il y a 8 mois, le Directeur Général des Services, la Directrice des Solidarités et son adjoint ont informé lors de rencontres obligatoires les 4 Territoires, de la création d’une Politique Sociale AAS (Accueil et Accompagnement Social).

Tous les trois semblaient alors convaincus que la MAAS constitue le socle de la Politique Sociale du Département.

Cette décision de création d’une Politique Sociale dédiée ne s’est pas jouée à pile ou face : elle est le résultat d’un travail de concertation/réflexion avec tous les agents lors des groupes de travail et autres « Work Café » qui ont aboutis à un document de synthèse mettant en évidence l’intérêt de la création d’une Politique Sociale AAS.

8 mois plus tard, les mêmes protagonistes qui ont pris un galon de plus depuis le départ de Monsieur Guillaumin, font marche arrière dans un courrier adressé aux Organisations syndicales.

 

 

Dans ce courrier, B Huré réaffirme que la polyvalence de secteur est le métier à la base du travail social ; d’ailleurs les assistantes sociales MAAS représentent le « gros des troupes » des professionnels de la Direction des Solidarités ; elles sont le premier interlocuteur des usagers, en quelque sorte : les Couteaux Suisse du social.

Pour autant, le métier d’assistantes sociales polyvalentes présente des spécificités, problématiques et pratiques particulières au même titre que ceux de l’enfance, la gérontologie ou l’insertion.

Sans Politique Sociale, elles ne sont pas représentées en CODIR,  leurs spécificités ne sont pas prises en compte dans les choix stratégiques, elles ne participent pas aux réflexions et aux grandes orientations de la Politique Sociale du Département ;  à travers elles, ce sont les usagers du service social qui sont oubliés, et restent invisibles.

Aujourd’hui, les missions et périmètres d’intervention des AS polyvalentes, sont définis par défaut, en fonction des besoins des 3  autres politiques sociales (enfance, insertion, PA/PH) et les glissements de tâches sont facilités.

 

 

Cette fois, l’argument passe-partout pour refuser la création de nouveau poste n’est plus utilisé :

 

 

Non, aujourd’hui, on dit clairement que lorsqu’il y a une difficulté c’est à cause des agents et que la solution c’est plus d’encadrement :

 

 

 

Le reclassement à la hâte sur le Territoire de Sedan de l’ex- Responsable Nord-Ardennes et ex-Directrice MADEF ne laisse pas présager d’un meilleur encadrement…..

Le Bateau Ivre poursuit sa route, chahuté par les flots, au gré des Directions et vents changeants, souhaitons qu’il ne sombre pas définitivement !

 

 

Tag(s) : #SPECIAL CONSEIL GENERAL

Partager cet article

Repost 0