Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

L’État vient de débloquer 300 millions d’euros pour que les hôpitaux puissent continuer d’honorer les emprunts « toxiques » qui ont fait exploser leur endettement. La fédération CGT santé et action sociale rappelle que ces remboursements s’appuient parfois sur les banques, et d’autres fois directement sur le budget de la sécurité sociale, et dénonce donc que : « L’État paye les banques avec nos cotisations sociales. »

 

Dans un communiqué du 26 février 2015, le syndicat explique que ces 300 millions d’euros débloqués par l’État ne sont pas les premiers – ils représentent une nouvelle tranche venant s’ajouter à d’autres – et que cela ne sera pas suffisant pour désendetter les hôpitaux. La fédération hospitalière de France (FHF) estimerait ainsi à plus de 3 milliards d’euros la somme nécessaire pour libérer les hôpitaux de ces dettes qui les étouffent.

La CGT santé s’inquiète de choix politiques qui ont sauvé les banques de la faillite, mais laissent le service public de santé crouler sous le poids d’un endettement qui absorbe des ressources financières considérables, lesquelles pourraient être utilisées pour améliorer la qualité des services hospitaliers.

« Continuer sur cette même ligne politique, c’est casser notre service public de santé et empêcher les usagers d’accéder à des soins de qualité. »

Le syndicat demande l’effacement des emprunts toxiques et la mise en place d’un financement à base d’emprunts qui auraient les mêmes taux que ceux pratiqués par la banque centrale européenne (BCE).

 

Prêts structurés et emprunts « toxiques »

D’où viennent ces emprunts dits « toxiques » ? Il s’agit de prêts structurés accordés par les banques, c’est-à-dire de prêts composés de deux périodes de remboursement : durant la première période, le taux d’intérêt est fixe ; vient ensuite une période de remboursement à taux variable, ce taux pouvant être indexé sur le cours de certaines matières premières ou de certaines devises.
C’est ainsi que les variations du taux de change entre l’euro et le franc suisse, en faveur de ce dernier, ont fait exploser l’endettement des nombreuses collectivités locales (départements, villes, établissements hospitaliers et autres, etc.) qui avaient souscrit de tels emprunts.

 
 
Tag(s) : #INFOS SYNDICALES

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :