Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le samedi 23 janvier, au cours de l’assemblée générale de « Nature et avenir » à Rethel, des bénévoles de l’association SADECORS(Association pour la SAuvegarde et le Développement Economique COncerté des Rièzes et des Sarts.) ont ouvert et présenté très précisément l’incroyable dossier du site de Regniowez. Cette présentation, méconnue de la plupart des présents, a d’abord stupéfié l’auditoire puis l’a scandalisé. Joseph Afribo, conseiller départemental présent, a déclaré ignorer l’essentiel de cette affaire. « Nous avons été trompés, on nous a caché le rôle et les investissements du département dans l’aménagement de ce site » déclara-t-il, s’engageant à demander la constitution d’une commission d’enquête tant l’affaire lui semblait grave.

Une Histoire d’échecs qui coûtent fort cher :

Après la deuxième guerre mondiale, les troupes canadiennes construisent un terrain d’aviation sur la commune de Regniowez. Seules deux pistes et des dessertes taxiway sont réalisées avant que le Général De Gaulle invite les Canadiens à quitter la France. Ce site est repris par l’armée de l’air pour en faire un dépôt de munitions. Le Conseil Général rachète ce terrain et le vend à UNIROYAL qui y développe, durant 20 ans environ, ses activités d’essais de pneumatiques et y crée une vingtaine d’emplois. La firme UNIROYAL quitte les lieux en 1998, et revend le site au Conseil Général.

En août 2006, la société GTS Automotive s’installe à REGNIOWEZ avec les participations financières des Conseils Général et Régional. Une campagne de presse précède son installation en faisant miroiter la création de 50 à 100 emplois et un investissement de 70 millions d’euros : « C’est la renaissance de Rocroi… »

Le Conseil Régional attribue une subvention de 200 000€.

Le Conseil Général finance une étude d’assistance au montage du projet pour un montant de 39 993, 91€.

Il rachète la tribune « Christophe » au CSSA et la fait transporter à ses frais à REGNIOWEZ où elle n’est toujours pas installée à ce jour.

Il investit dans la construction de 6 kilomètres de pistes, 6 bureaux et 3 ateliers, sponsorise un rallye pour un coût total important, mais non connu.

18 Juin 2008, « Regniowez, sortie de piste pour GTS….. L’ardennais précise que les dirigeants de l’entreprise ont dû rendre les clés au Conseil Général qui avait consenti de nombreux investissements. » Malheureusement, aucun emploi ne fut créé.

En juin 2009, Le Président HURE a un nouveau projet, création d’une desserte ferroviaire raccordée à la ligne Calais-Bâle du parc d’activité départemental de Regniowez. En effet, le Président du Conseil Général déclare : « nous avons mesuré la pertinence qu’il y aurait à réintégrer le fret ferroviaire dans la problématique logistique. L’activité qui a connu la plus forte croissance, c’est l’activité logistique. ….. »

En février 2010, dans la continuité du projet, il souhaite transformer les pistes en zone logistique de stockage en vue de désengorger les ports de la mer du Nord. « On est plus qu’en démarchage puisque l’on œuvre concrètement depuis plus d’un an sur cette opportunité, mais aussi sur celle de projets de déconstructions d’avions…… Mais pour relever ce défi majeur des travaux d’infrastructures seront nécessaires, notamment la réhabilitation de voie ferrée Regniowez – Lonny….. 3 000 emplois de prévus pour ce projet ! »

Des études sont menées aux frais du contribuable, et fin 2012 le projet est abandonné pour revenir à la création d’un pôle automobile.

En mars 2013, le Conseil général loue par bail commercial de 9 ans les infrastructures de l’ancien aérodrome de Regniowez à l’EURL PMA, (capital social 7 500. 00€), dont le gérant, Mr PASCAL Michel, souhaite transformer le site en circuit automobile pour toutes activités. Ce projet est soutenu par Miguel Leroy, Maire d’Auvillers–les-Forges gendre et attaché parlementaire de Benoît Huré

Le site de l’Otan à Regniowez : gabegie financière et massacre écologique

- Des défrichements sont réalisés en toute illégalité

- Une piste en tarmac est créée sur les anciennes pistes d’aviation pour un montant de 1 million d’euros

- Une nouvelle clôture en barrière HERAS est érigée sur le pourtour des pistes

- Des systèmes de vidéosurveillances sont installés le long des circuits

- Des bâtiments, une tour de contrôle sont construits pour un montant de 700 000€ environ

- Une piste de dragster avec un revêtement spécial est réalisée pour un montant de 1 million d’euros

- Durant deux ans, chaque semaine, une équipe voir plus de la DIR est monopolisée sur le site pour l’entretien.

Le site de l’Otan à Regniowez : gabegie financière et massacre écologique

Tout cela grâce à un financement du Conseil Départemental estimé à plus de 5 millions d’euros, Comme cette activité est principalement tournée vers les activités de loisirs, au bout de deux ans et demi c’est un fiasco, pas un emploi créé ! Pascal Michel est invité à quitter les lieux. Il attaque en justice le Conseil Départemental, et exige des indemnités pharaoniques pour partir. (à suivre)

Dernier épisode ?

Mr LEROY et le Conseil Départemental persistent et créent le pôle d’innovation automobile ardennais, ils veulent créer une SEM(société d’économie mixte) et investir encore 3 750 000,00€ considérant qu’un projet autour de l’ automobile a un avenir.

Mr Miguel LEROY, Président actuel de la communauté de communes Ardennes Thiérache est associé-gérant à 50% avec Mme Barbara MACRA d’une Sarl « RETROSCAPE » spécialisée dans les véhicules automobiles. Cette entreprise, qui a bénéficié de subventions publiques, utilise régulièrement les infrastructures de Regniowez pour ses activités commerciales !

Le site de l’Otan à Regniowez : gabegie financière et massacre écologique

Des travaux et des investissements nouveaux sont donc réalisés et programmés:

-Pose en décembre 2015 de sonomètres et d’appareils enregistreurs pour une durée de 2 à 3 ans.

-Suppression de deux lignes électriques haute tension aériennes, remplacées par deux lignes haute tension souterraines

-Création d’une conduite d’eau renforcée Haute Pression pour borne incendie, du château d’eau d’Eteignières jusqu’à l’intérieur du site.

-Transport de terre de l’A304 par l’entreprise URANO, (environ 350 000 m3) jusque sur le site pour créer des tribunes végétales dont la construction coûterait 800 000€

Une zone humide mise en péril

Le site de Regniowez est situé dans une zone humide, avec des mouvements du sol beaucoup plus important que sur un terrain banal. Situé dans le PNR (parc naturel régional des Ardennes) et en zone NATURA 2000, il est occupé par de nombreuses espèces végétales et animales protégées !

Le site de l’Otan à Regniowez : gabegie financière et massacre écologique

Des déboisements sauvages, non autorisés, la circulation abusive d’engins motorisés, des dépôts de terre surdimensionnés, détruisent le site de façon irréversible. Des essais de bolides, de dragsters extrêmement bruyants et polluants n’arrangent rien. Les associations ardennaises de défense de l’environnement ont exprimé leur opposition au projet et l’ont fait savoir au Préfet des Ardennes qui ne l’a pas prise en compte. La Dreal va-t-elle se manifester et faire respecter les lois qui protègent ce site naturel de qualité ?

Beaucoup de questions se posent qui restent sans réponse. Le conseil départemental va-t-il enfin jouer la transparence et la clarté ? L’association Sadecors n’attend que cela

SOURCE:

http://lanvert.hautetfort.com/archive/2016/02/26/le-site-de-l-otan-a-regniowez-gabegie-financiere-et-massacre-5765837.html#.VtS1iKZP-YQ.facebook

Le site de l’Otan à Regniowez : gabegie financière et massacre écologique
Tag(s) : #SPECIAL CONSEIL DEPARTEMENTAL, #général

Partager cet article

Repost 0