Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Amiante :

~~Le Conseil Départemental ne veut pas reconnaître le danger encouru par les collégiens et par ses agents !

~~Le Conseil Départemental des Ardennes voudrait-il que ses agents meurent en silence……. ?

~~Partout en France, les dégâts sanitaires liés à l’amiante prennent des proportions colossales. Dans les ARDENNES comme ailleurs, les victimes sont nombreuses. L’amiante, on ne la voit pas, on ne la sent pas, et les effets ne sont pas ressentis avant des années. Et pourtant elle est là et dans les collèges, au contact de vos enfants et des agents du Conseil Départemental.

~~Le Conseil Départemental, propriétaire des collèges Ardennais ne veut pas reconnaître la réalité et ne respecte pas toujours les règles et les mesures à mettre en œuvre dans le cadre de la prévention des expositions à l’amiante, conditions de travail, hygiène, santé et sécurité du travail.

~~Le 28 juillet 2015, une circulaire ministérielle, à effet immédiat, relative aux dispositions en matière de prévention du risque d’exposition à l’amiante dans la Fonction Publique, rappelle pourtant à nos dirigeants leurs devoirs et obligations sur la situation des agents de la Fonction Publique susceptibles d’être exposés aux poussières d’amiante et pour lesquels les dispositifs de prévention collective et individuelle sont encore peu mis en œuvre, au regard des conséquences collectives et individuelles et de l’enjeu de santé publique qu’elles représentent

~~Les résultats de la dernières enquête « surveillance médicale des expositions aux risques professionnels »(SUMER) montrent, en effet, que seuls 22% des agents exposés à l’amiante bénéficient de mesures de protection collective et qu’en moyenne 40% d’entre eux bénéficient d’équipements de protection individuelle.

~~Les maladies liées à cet agent hautement cancérogène et reconnu, représentent l’une des principales causes de maladies professionnelles et la première cause de décès liés au travail (hors accident du travail), il est indispensable d’assurer le meilleur niveau de protection aux agents exposés ou susceptibles de l’être, à un risque d’inhalation de poussières d’amiante. La prévention du risque d’exposition à l’amiante demeure une priorité de la politique de santé au travail. Partout sauf au Conseil Départemental des Ardennes.

~~En effet, interdit d’utilisation depuis 1997, l’amiante reste présent dans de nombreux bâtiments, équipements publics ou dans des matériaux sur lesquels des agents publics interviennent.

~~Ces agents sont-ils informés ? Pas toujours et de moins en moins, au vu des reclassements, les contractuels et agents d’autres services ne connaissent pas les bâtiments et arrivent de plus en plus dans les collèges ( catégorie C la plus représentative au Conseil Départemental ). Pour cela il existe le DTA (Dossier Technique Amiante) qui doit être régulièrement actualisé (notamment lors de travaux ou interventions sur des matériaux, équipements, matériels susceptibles de provoquer l’émission de fibres d’amiante). Ce DTA doit être dans le document unique de chaque établissement et non uniquement au Conseil Départemental, Service des Bâtiments…

~~Dans ces bâtiments où des matériaux contenant de l’amiante ont été repérés, une signalétique claire est mise en place dans les zones et sur les matériaux amiantés, de manière à éviter toute intervention malencontreuse due à absence ou à une mauvaise information.

~~• Elles sont où dans nos collèges ? Depuis le 1er Janvier 2012, les personnels, quel que soit leur statut, doivent bénéficier de formations spécifiques vérifiées par un test d’évaluation des acquis ouvrant droit à la délivrance d’une attestation de compétence. L’employeur doit s’assurer que chaque intervenant de l’amiante bénéficie bien de cette attestation.

~~Exemple : un agent de maintenance qui repeint une salle de cours (travaux courant de maintenance) nettoie, gratte les murs et perce également dans ces murs amiantés pour fixer tableau, écran, vidéo projecteur, etc…. ou encore l’agent d’entretien qui lave et décape les sols amiantés avec une mono brosse ou qui gratte avec une spatule pour décoller les chewing-gum. Où sont ces formations spécifiques ? Absentes… Inexistantes….

~~Je vais vous prendre également l’exemple de travaux réalisés au collège Rouget de Lisle pour le remplacement d’une chaudière (matériel datant de la construction du collège 1967, local chaufferie) et des vannes de fermetures (local sous station, bâtiment externat). En octobre 2015 l’entreprise chargée des travaux demande un repérage amiante avant travaux, dont les résultats mettent en évidence de nombreux repérages positifs à l’amiante. Au vu de ces résultats le Conseil Départemental aurait dû prendre toutes les précautions nécessaires pour réaliser ces travaux. Et bien non ! Pourquoi

~~Les travaux réalisés par des entreprises extérieures dans les locaux doivent donner lieu à l’établissement d’un plan de prévention obligatoirement écrit et adapté au mode opératoire retenu. Ainsi, une signalétique spécifique et appropriée doit être mise en place sur la zone susceptible d’exposer les agents à des poussières d’amiante, de manière à ce qu’aucune autre personne que celles amenées à y pénétrer ne puisse y accéder. ( C’est clair !!! ).

~~Mais lorsqu’on ne respecte pas les règles de sécurité, il faut s’attendre à l’accident et c’est ce qui arriva puisque l’ouvrier en charge des travaux a disqué les joints des vannes de fermeture projetant ainsi des particules dans toute la pièce du bâtiment externat. L’agent de maintenance qui passait dans le couloir a été préoccupé par une odeur de brûlé qui s’échappait de cette pièce, il est alors entré, a ouvert les fenêtres et en est ressorti sans avoir conscience, peut-être, du risque qu’il venait de prendre. Après réflexion, l’agent prévient alors le Conseil Départemental en remplissant le Registre de Sécurité le 29 février 2016. Après plusieurs échanges de mails et appels téléphoniques l’agent demande que des mesures du taux d’empoussièrement soient faites pour confirmer ces dires et d’être rassuré sur sa situation angoissante.

~~A ce jour, aucun retour, aucune action, la vieille chaudière en partie démontée est posée à l’air libre, sans aucune protection, dans la chaufferie et le local sous station qui fait partie du bâtiment « externat » est fermé C’est à proximité immédiate des salles de cours, donc au contact d’élèves et d’agents du Conseil Départemental, et tout le monde s’en moque. Chacun va se renvoyer le problème, double autorité qu’ils disent, sans rien résoudre… C’est incroyable, mais c’est la vérité !!!

~~Autre exemple : Le collège Léo Lagrange où le hall d’entrée recouvert de dalles de sol amiantés se détériore petit à petit, aux yeux de tous, sans que personne ne fasse quelque chose, ceci dit, il s’agit d’amiante non friable « elle n’est pas susceptible de libérer de fibre » nous dit-on, bien sûr, on parle quand même d’amiante, de santé publique et de nos enfants dont les mécanismes de défense sont vulnérables.

~~L’AMIANTE : ON NE LA VOIT PAS, ON NE LA SENT PAS ET LES EFFETS NE SONT PAS RESSENTIS AVANT DES ANNEES !

~~Lors d’une journée « Portes Ouvertes » de ce collège en avril 2015 (tout juste un an), Madame POLETTI, Vice-Présidente du Conseil Départemental en visite, fait la remarque devant tout le monde de la dégradation anormale de ce hall, mais pour autant rien n’a changé ! Pourquoi Madame n’avoir pas partagé cette information ? Le devenir de vos agents et des enfants vous serait-il indifférent ?

~~Tout cela est quand même scandaleux ! D’une lourdeur administrative ! Pas sûr ! Comme dit Claude Huet, président de l’ADDEVA « on reste dans la culture du secret et de la confidentialité, alors que la règle devrait être transparente », extrait de l’article de l’ardennais du 3 février 2016.

~~Surtout pas de vagues, pas de scandale, l’image que le Conseil Départemental doit donner à l’extérieur est lisse. Par contre il s’en passe de belles entre les murs !

~~On meurt en silence au Conseil Départemental des Ardennes !

~~Et ce serait mieux que les origines des problèmes révélés par les agents et leur état de santé soit dans la vie privée de chacun plutôt que dans la vie professionnelle… Mais maintenant il y a trop de personnels malades et la Médecine du Travail est consciente des risques divers encourus par les agents du Conseil Départemental des Ardennes.

350 elèves + les profs et le personnel: 400 personnes empruntent chaque jour le hall du collège Léo Lagrange. Dalles et colle amiantées.
350 elèves + les profs et le personnel: 400 personnes empruntent chaque jour le hall du collège Léo Lagrange. Dalles et colle amiantées.
350 elèves + les profs et le personnel: 400 personnes empruntent chaque jour le hall du collège Léo Lagrange. Dalles et colle amiantées.

350 elèves + les profs et le personnel: 400 personnes empruntent chaque jour le hall du collège Léo Lagrange. Dalles et colle amiantées.

Partager cet article

Repost 0