Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

. Après GOOD-YEAR, AIR France, les dockers du HAVRE sont attaqués. Heureusement, il existe chez les dockers une belle solidarité

Les dockers du Havre jugés fin novembre

Fanny Doumayrou

Vendredi, 2 Septembre, 2016

L'Humanité

Les deux dockers CGT arrêtés mercredi comparaîtront le 25 novembre pour violences lors du défilé du 14 juin.

Une nouvelle date vient de s’ajouter à l’agenda automnal de la criminalisation de l’action syndicale. Alors que les « Good-year », condamnés en janvier à neuf mois de prison ferme pour séquestration de cadres de l’usine, seront jugés le 19 octobre en appel à Amiens et que quinze salariés d’Air France comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Bobigny, les 27 et 28 septembre, pour l’affaire de la chemise arrachée, les deux dockers du Havre interpellés mercredi à l’aube à leur domicile sont finalement convoqués le 25 novembre, devant le tribunal correctionnel de Paris, pour « violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique » lors de la manifestation du 14 juin dernier contre la loi travail, selon l’AFP

  mercredi, La CGT bloquait le port du Havre en réponse à l’interpellation des deux dockers, le jour même, par la police. photo charly triballeau/afp     AFP

mercredi, La CGT bloquait le port du Havre en réponse à l’interpellation des deux dockers, le jour même, par la police. photo charly triballeau/afp AFP

« Il est clair que cette arrestation est politique »

Mercredi, leur arrestation et leur transfert immédiat à la préfecture de police de Paris ont provoqué une grève spontanée des dockers et des ouvriers portuaires du Havre. Les deux dockers, âgés d’une trentaine d’années et pères de famille, ont finalement été libérés de leur garde à vue le jour même, peu avant 20 heures, le blocage du port étant alors levé. « La grève a démarré spontanément par solidarité, il est clair que cette arrestation est politique », explique un membre de la CGT des dockers du Havre, faisant allusion à la coïncidence de l’interpellation avec la venue au Havre, le même jour, du secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, pour préparer la rentrée sociale et la journée d’action intersyndicale du 15 septembre contre la loi travail.

Sur le fond du dossier, l’un des dockers, Loïc, avait déjà été poursuivi pour violences lors de la manifestation du 14 juin et relaxé, fin juillet, mais condamné à un mois de prison avec sursis pour rébellion lors de son interpellation. C’est sur d’autres faits que s’appuierait cette nouvelle procédure. « Le principal élément à charge est une vidéo qui a circulé sur YouTube, mais nous émettons les plus grandes réserves sur l’utilisation de ce type de vidéo où les personnes sont difficilement identifiables », explique son avocate, Élodie Tuaillon, qui devrait défendre également le second docker. Selon elle, un ou deux CRS feraient état d’interruptions temporaires de travail (ITT) de deux semaines, ce qui est « énorme vu les équipements de protection » que portent les forces de l’ordre pendant les manifestations. L’interpellation des deux dockers à leur domicile alors que la justice aurait pu se contenter de les convoquer visait, selon l’avocate, à obtenir des aveux, ce qui n’a pas été le cas.

La manifestation du 14 juin a marqué le point d’orgue du mouvement contre la loi Travail, avec un million de personnes à Paris, selon les syndicats.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :