Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

SupermarcheCollecteW-99c4b.jpg

 

 

Réunis hier à Bruxelles, les ministres européens de l’agriculture n’ont pas réussi à s’accorder sur l’avenir du Programme européen d’aide aux plus démunis (PEAD) et ont, une nouvelle fois, différé la décision.


Les Banques Alimentaires, la Croix Rouge française, les Restos du Cœur et le Secours populaire français déplorent une décision qui hypothèque l’avenir de millions d’Européens démunis, et constatent que malgré tout le travail d’alerte, d’anticipation et de conviction effectué ces derniers mois, le Gouvernement français n’est pas parvenu à convaincre ses collègues de la minorité de blocage.

 

Que faut-il faire pour être entendu ? Quand la Commission européenne, 85 % des députés européens et 19 Etats membres sont favorables à l’évolution immédiate du règlement pour éviter une crise alimentaire majeure dès 2012 ! Est-il supportable que 6 pays  s’opposent au principe de solidarité (Allemagne, Royaume-Uni, République Tchèque, Suède, Danemark, Pays-Bas)?

 

Derrière cette décision, se cache la détresse d’enfants et de familles, de personnes âgées, de chômeurs, de travailleurs pauvres, de jeunes… qui ne parviennent pas à se nourrir.

La prochaine réunion des ministres européens aura lieu fin octobre. D’ici là, les associations françaises ne baisseront pas les bras pour sauver les 130 millions de repas distribués en France grâce au PEAD et ainsi éviter une crise alimentaire indigne de l’Europe.

 

Ce nouveau temps européen doit être mis à profit au plus haut niveau de l’Etat pour effriter et convaincre la minorité de blocage.

Pour éviter la catastrophe annoncée, nous comptons sur l’implication totale du Gouvernement français qui a désormais une obligation de résultat.

 

Quand la crise frappera l’Europe et la France, nul ne pourra dire qu’il ignorait la gravité de la situation !

Tag(s) : #INFOS SYNDICALES

Partager cet article

Repost 0