Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CGT.jpg

 

 

Pour une fois, tous les observateurs se sont montrés d'accord : la journée de mobilisation du 15 mai dans la Fonction publique a été un indéniable succès. Ce jour là, les agents des trois versants se sont fortement mobilisés, comme le prouvent la forte participation aux manifestations et les taux de grévistes, les plus importants depuis le mouvement sur les retraites de 2010. A cette occasion, ils ont exigé que le gouvernement dégèle immédiatement le point d'indice et créé les emplois nécessaires aux missions de service public.

Le 19 mai, date à laquelle devaient s'engager les négociations sur « les parcours professionnels, les carrières et les rémunérations », les sept organisations syndicales ayant appelé à la mobilisation ont renouvelé ces exigences devant Marylise LEBRANCHU. En l'absence de réponse précise de la ministre, notamment sur le point d'indice, elles ont toutes quitté la séance.

L'expression du mécontentement des agents et la fermeté du Front syndical semble ébranler les certitudes du Premier ministre. En effet, les responsables de la majorité reconnaissent aujourd'hui que le pouvoir d'achat des fonctionnaires a été maltraité ces dernières années.

Marylise LEBRANCHU a annoncé une « discussion sur les salaires » pour la mi juin et des informations, diffusées dans la presse, laissent entendre que le Gouvernement pourrait « faire un geste » en direction des fonctionnaires payés entre 1 et 1,3 SMIC. Selon les mêmes sources, il s'agirait, à l'instar de ce qui est envisagé pour les salariés du privé, de procéder à un allègement des cotisations sociales. Une telle hypothèse si elle s'avérait exacte, ne répondrait que de façon marginale aux exigences des personnels. De plus, elle fragiliserait encore d'avantage le régime de la protection sociale. Toutefois ce changement de ton prouve, si besoin en était, que l'intervention des personnels peut faire bouger les lignes.

Une nouvelle intersyndicale doit se tenir le 26 mai pour arrêter les suites du 15 mai. Pour la CGT ce qui est à l'ordre du jour c'est l'élargissement et le renforcement des mobilisations.

Il n'est pas question, dans le public comme dans le privé, que la rémunération soit sacrifiée sur l'autel de la crise.

Tag(s) : #INFOS SYNDICALES

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :