Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

201009174c92dde50209d-0.jpg

 

 

Sans surprise, le tribunal  de commerce de Sedan a prononcé  la liquidation judiciaire de Raguet, avec poursuite de l'activité  pendant un mois.


LE dossier Raguet entre dans sa phase ultime, le tribunal de commerce ayant prononcé la mise en liquidation judiciaire de l'entreprise avec poursuite de l'activité pendant un mois.
Hier, les salariés ont fait état de toute leur détermination et, d'une certaine manière, la base a pris les rênes de la contestation. Des tensions avaient eu lieu la veille, au moment de défiler jusqu'à la gare de Monthermé. Les délégués du personnel ont donc choisi de laisser l'expression à la majorité des salariés, favorable à une ligne plus dure. Cette position s'est affirmée depuis le début de la semaine. Ce jeudi, les délégués s'en sont fait les porte-parole.
Les Raguet voulaient une grande mobilisation pour cette journée. Mission accomplie.
Opération escargot
Ils ont fait le trajet de Monthermé à Sedan en voitures particulières, déclenchant à plusieurs reprises des opérations « escargot » qui ont créé un fameux embouteillage à Charleville, sur la voie rapide, puis à Sedan, les manifestants stationnant finalement sur le rond-point près du tribunal. L'audience publique, a été finalement assez brève et s'est déroulée devant une salle comble. L'administrateur judiciaire a rappelé que la solution de reprise passait par un accord des salariés. « L'opération, si elle se fait, doit se faire très vite », a-t-il ajouté. L'avocat de l'entreprise a évoqué le spectre de soucis financiers en cas de blocage prolongé. Avant de donner la parole à un représentant du personnel, l'avocat Xavier Médeau a rappelé que « la cession ne dépend pas des salariés. On essaye d'inverser les rôles. Cest un tour de passe-passe, rendu possible par un accord entre le cédant et le cessionnaire ». Jean-Pierre Fritsch, le délégué CGT a affirmé qu'à partir d'aujourd'hui, « les salariés veulent revenir sur la dénonciation des acquis et la révision des contrats de travail. Nous voulons une continuation de l'activité avec 85 salariés, mais sans perte de salaire ».
« On ne peut pas maintenir les gens dans l'incertitude plus longtemps », a dit le procureur de la République, en souhaitant un examen de la situation début octobre.
Après délibération, le président du tribunal a suivi ces réquisitions, en prononçant la mise en liquidation judiciaire de Raguet, avec une prolongation d'activité pendant un mois.
L'audience pour déterminer l'avenir de l'entreprise est fixée au jeudi 7 octobre à 14 heures.
À la sortie du tribunal, Me Xavier Médeau a insisté sur la nécessité « d'achever les souffrances des salariés. Il faut aussi que le chantage cesse. Imposer d'autres conditions de rémunération est illégal ».


Mirko SPASIC

 

La CGT du Conseil Général apporte son soutien à ces salariés victimes du système capitaliste

Tag(s) : #LES ARDENNES EN DETRESSE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :