Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

resto-cgtcg08-cgt--08-ardennes-cg08-syndicat.jpg

 

 

 

 

Mon dieu, quelle horreur : le mois dernier, 16.600 «vrais travailleurs» sont devenus… des «assistés» !

 

 

Ceux-là, le 1er mai, n'iront certainement pas au Trocadéro fêter avec le président du Vrai Chômage et du Diviser-Plus-Pour-Régner-Plus un «vrai travail» qui n'a plus voulu d'eux et les a «libérés»...

Oui, libérés ! Mardi, dans son discours à Longjumeau, Nicolas Sarkozy, en grand admirateur de l'Allemagne, a rappelé que «le travail libère» l'homme… surtout quand il le licencie ! Il a aussi dit : «C’est le chômage qui aliène». Effectivement, quand on vous serine à longueurs de temps que vous êtes un «assisté», un parasite, un fainéant profiteur et fraudeur, à force, il y a de quoi finir à l'asile !

Le «chômage qui aliène», depuis cinq ans, Nicolas Sarkozy en a fait sa spécialité. Depuis son élection en 2007, on compte 1.077.800 privés d'emploi de plus (+33,4%) dans les catégories A, B et C, DOM inclus : au total, à ce jour, cela fait 5 millions de citoyens constamment insultés, maltraités et réduits à la pauvreté. Du côté des jeunes, depuis 2007, un sur deux a été au moins une fois au chômage au cours de ses trois premières années de vie active, et l'emploi précaire est devenu la norme pour les premiers postes occupés. Chapeau l'artiste !

L'homme qui s'était engagé à revenir au «plein emploi» avec 5% de chômeurs à la fin de son mandat a bel et bien échoué, et les Français en tireront les conséquences.

Maintenant, passons à notre décryptage mensuel...

La note Dares/Pôle Emploi d'avril 2012 à télécharger en pdf

Catégorie A (chômeurs officiels, sans activité aucune) : +16.600
Ils sont 2.884.500 en métropole, 3.125.200 avec les DOM.
Progression annuelle : +7,2% en métropole, +7% en France

Du côté des chômeurs qui restent inscrits tout en exerçant des petits boulots, faute d'emplois véritables, on note une stabilité de l'activité précaire :

Catégorie B (chômeurs en activité réduite inférieure à 78h/mois) : -2.100
Ils sont 568.700 en France métropolitaine.
Progression annuelle : +4,7%

Catégorie C (chômeurs en activité réduite supérieure à 78h/mois) : +16.200
Ils sont 856.100 en France métropolitaine.
Progression annuelle : +4,8%

Au total, le nombre des inscrits en catégories ABC — c'est-à-dire l'ensemble des demandeurs d'emploi «tenus d'accomplir des actes positifs de recherche» — a crû de 30.700 en métropole.
Ils sont désormais 4.309.300 en France métropolitaine, 4.582.000 avec les DOM.
La hausse annuelle s'élève à 6,4%.

Maintenant, les voies de garage...

Catégorie D (chômeurs non disponibles car en arrêt maladie ou en maternité, en stage, formation ou convention de reclassement) : +800
Fin février, ils sont 239.400 en France métropolitaine.
Variation annuelle : +0,4%

Catégorie E (chômeurs non disponibles car en contrat aidé) : +1.600
En France métropolitaine, ils sont 371.700 ainsi occupés.
Variation annuelle : +5,5%

On note que, malgré le «Plan chômeurs de très longue durée» annoncé en janvier par Nicolas Sarkozy, les entrées en stage ou en formation n'ont pas eu le temps de décoller. Même chose pour les contrats aidés, dont les deux-tiers du stock prévu pour 2012 devaient être prescrits sur le premier semestre afin d'embellir les chiffres avant les élections... Loupé !

Au total, fin mars 2012, toutes catégories confondues (ABCDE), le nombre de chômeurs inscrits à Pôle Emploi en métropole s'élève à 4.920.400 (+6% sur un an). Avec les DOM, on arrive à 5.216.500, soit 36.600 personnes en plus par rapport à février.

A ces 5.216.500 inscrits, il convient d'ajouter les 142.600 "seniors" indemnisés de métropole (chiffre non précisé pour les DOM) bénéficiant d'une "dispense de recherche d'emploi" (désormais supprimée), non catégorisés.
Ainsi, on arrive à 5,35 millions.

Dans le détail...

L'ancienneté moyenne des inscrits des catégories ABC continue inexorablement de battre des records, atteignant 464 jours (contre 442 il y a un an) soit plus de 15 mois. La moyenne d'inscription des sortants explose à 257 jours (248 le mois dernier, 231 il y a un an).

Du côté des chômeurs de longue durée, c'est de pire en pire. Ils sont désormais 1.644.000 rien que dans les catégories ABC de métropole (+9.400 en un mois !), auxquels on peut rajouter les 370.000 chômeurs de catégorie E et les 142.600 seniors en DRE. Ainsi le volume des "DELD" — comme on les appelle — dépasse toujours 40% de l'ensemble des inscrits à Pôle Emploi.

Parmi eux, toutes catégories confondues, 747.700 perçoivent le RSA (+8,6% sur un an) et 347.500 perçoivent l'ASS (chiffres Unedic de février, +5% sur un an). Ces personnes survivent donc avec 15 € par jour.

En glissement annuel, le volume des inscrits depuis plus d'un an a augmenté de 7%. Celui des inscrits depuis plus de 3 ans — enkystés dans la crise depuis 2008 — est stable à 22,8%. Entre les deux (2 à 3 ans d'inscription), la progression recule à 2,4%.

Du côté des seniors, les inscriptions de chômeurs de plus de 50 ans dans les catégories ABC de métropole se poursuivent : +9.700 par rapport à février.
Ils sont 882.800 dont plus de la moitié (459.500) sont des femmes.
Progression annuelle : +14,6% (+15,2% pour les femmes)

 Du côté des sorties, on note une baisse importante des «cessations d'inscriptions pour défaut d'actualisation» : -25.000 pour un total de 178.500, en recul de 11,5% sur un an. Les radiations administratives augmentent : +2.700 pour un total de 42.900, en recul de 5,5% sur un an. Même chose pour les «autres cas» : +1.500 pour un total de 51.000, en recul de 5,4% sur un an.
Ces trois motifs représentent 61,5% du volume des sorties. En comparaison, les reprises d'emploi déclarées n'en pèsent que 22,3%.

Du côté des offres, que dire ? En mars, Pôle Emploi n'en a collecté que 267.300, DOM compris (-5,8% sur un an). Quant au compteur d'offres en ligne du site pole-emploi.fr, au moment où j'écris ces lignes, il a disparu de la page d'accueil… comme le mois dernier.

Si Nicolas Sarkozy devait se retrouver au chômage après le 6 mai, nous lui souhaitons bien du plaisir. C'est sans regret que nous le verrons partir.

 

source

Tag(s) : #INFOS SYNDICALES

Partager cet article

Repost 0