Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

201005094be6277cd7921-1.jpg

 

 

 

Près de deux cents personnes ont assisté à la conférence de Patrick Coupechoux et Elisabeth Weissman organisée cette semaine par l'UD CGT à l'hôtel de ville. Un beau succès par rapport à un premier rendez-vous un peu raté en décembre dernier à cause de la neige.
Cette fois, le journaliste auteur de La déprime des opprimés a pu exposer son credo devant une assistance majoritairement constituée de fonctionnaires : « Il ne faut pas laisser la souffrance au travail devenir une pathologie individuelle parce que le système ultra-libéral trouvera toujours des spécialistes pour y remédier, comme il trouve toujours des spécialistes pour tout. Non, il faut au contraire en faire une question collective et politique ! »
Patrick Coupechoux estime que refuser « la concurrence de tous contre tous » est un bon moyen pour lutter.
Certes, lui comme Elisabeth Weissman ont le sens des formules… Cette dernière a même pensé à intituler son exposé « Une saison en enfer » en hommage à Rimbaud.
Si son collègue a enquêté dans le secteur privé, elle a limité ses investigations au secteur public : de la Poste à la SNCF en passant par l'Education nationale, la justice, la Police, l'hôpital public, Pôle Emploi, etc.


 

201005094be6277cd7921-0.jpg



La résistance commence avec les mots

Elle cite des témoignages de policiers notés au rendement de PV, d'agents de l'ONF à qui la hiérarchie impose des objectifs démesurés de ventes de bois, des conseillers de Pôle Emploi sommés de « perdre des demandeurs d'emploi dans la nature »…
Pour Elisabeth Weismann, la résistance commence avec les mots. Elle refuse celui de « réforme » qu'elle juge impropre dans le sens où il est utilisé par le gouvernement Sarkozy mais lui préfère celui de « contre-réforme ». Son livre La désobéissance éthique fourmille de témoignages de fonctionnaires qui refusent les évaluations et les objectifs.
Pour elle, il est clair que les « serviteurs de l'Etat » sont appelés à devenir des « serviteurs du marché » et que la meilleure solution est de faire prévaloir « la résistance collective » plutôt que « la désobéissance individuelle que l'on bricole dans son coin ».
Appel sous-entendu… à l'action syndicale !


P.F.


Prochain rendez-vous de l'UD CGT : conférence le mercredi 19 mai à 18 h 30, à l'hôtel de ville, sur la Révision Générale des Politiques Publiques.

 


Tag(s) : #INFOS SYNDICALES

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :