Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

deplace01.jpg

 

 

 

 

Les équipes médico-sociales de la mission PA/PH des Ardennes viennent d'adresser un courrier au Président Huré au sujet des nouvelles dispositions sur les frais de remboursement liés aux déplacements.

 

Par soucis de "politesse" ce courrier a été adressé par voie hiérarchique, mais a priori c'est encore trop compliqué pour les responsables .....  qui ont fait preuve de rétention.

Le courrier vient donc d'être adressé directement aux intéressés ....

 

En effet ces agents sont dans l'obligation le plus souvent de prendre leur véhicule pour effectuer leurs missions quotidiennes .

Outre le fait que cette situation est inadmissible (Des véhicules de service devraient leur être attribués), le Conseil Général, n'hésite pas à faire des économies de bout de chandelle sur les frais trés important que cela engendre pour ces personnes en ne leur remboursant pas les kilometres REELLEMENT effectués.

 

Le courrier est trés clair sur les raisons de leur mécontentement !!! Et leurs demandes sont parfaitement justifiées.

Le Conseil Général n'hésite pas à leur faire payer cher leur conscience professionnelle ....

Chipoter pour gagner quelques sous, alors que bien des dépenses sont déraisonnables au sein de notre Collectivité est d'une mesquinerie que la CGT condamne totalement ......Une abhération de plus, pas la dernière sans doute.


 

VOICI LEUR COURRIER

 

 

                                                  Monsieur le Président,

 

 

 

            Ce courrier collectif a pour objet de revenir sur la note 944 du 27 mars 2011, qui précise  les nouvelles modalités d’indemnisation liées aux déplacements. Ces dernières nous paraissent injustes et inapplicables.

 

            Ainsi, il est précisé que « l’utilisation du véhicule personnel est une possibilité dérogatoire à la règle d’utilisation du véhicule de service et à l’utilisation des transports en commun qui constituent toutes deux des solutions prioritaires. »

 

Dans les faits, afin de maintenir une continuité de service public aux plus démunis et aux plus éloignés, l’utilisation des véhicules personnels des agents est indispensable.

 

 

En effet, les transports en commun sur notre département rural, ne sont pas suffisamment développés pour y avoir recours ; et le parc actuel des véhicules de service mis a disposition ne permet pas aux agents des différentes missions de se rendre au domicile des usagers de la collectivité.

La gestion de cette pénurie de véhicule de service devient d’ailleurs source de tensions entre les différents professionnels.

 

 

 

La note précise également que le remboursement des frais de déplacement sera calculé à partir de l’option « plus rapide » de Via Michelin, et non plus au réel des kilomètres parcourus. Ainsi, les détours fréquents liés aux travaux de voiries, accidents et autre barrière de dégel, ne seront plus pris en compte.

 

Bien que nous comprenions la nécessité pour la collectivité de réduire ses dépenses, nous ne pouvons accepter de financer les déplacements liés aux missions de service public dans lesquelles nous sommes toutes et tous très investis.   

 

L’augmentation significative du coût des carburants ces derniers mois et la faiblesse de l’indemnité de remboursement actuelle ne nous permettent plus de compenser les frais engagés au quotidien lors de l’utilisation de notre véhicule personnel. Ces frais (surcoût d’assurance, contrôle technique, révisions) sont incompressibles et pèsent déjà énormément sur le budget familial des agents. 

 

Afin que la réforme de la DISA basée sur une plus grande proximité des usagers soit complète et efficace, il est urgent :

 

·         de mettre à disposition des équipes PA/PH un nombre de véhicules de service suffisants sur les 4 territoires.

 

·         d’envisager rapidement une revalorisation conséquente des indemnités de déplacement sur la base des kilomètres réellement parcourus. A cet égard, l’administration fiscale a récemment pris en compte le surcoût lié aux carburants, en augmentant le barème kilométrique.

 

·         de tripler le montant  du « forfait-ville » qui  n’a pas changé depuis plus de 15 ans. Le montant actuel permet aux agents de Charleville-mézières de travailler 10 jours !

 

 

Assuré, Monsieur le Président, de votre attention soutenue sur ce sujet, nous vous prions d’agréer nos salutations cordiales.

 

Tag(s) : #SPECIAL CONSEIL GENERAL

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :