Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les enseignants sont appelés à la grève mardi par la Fédération FSU, majoritaire, ainsi que la Ferc-CGT et Sud-Education. Les organisations lycéennes Fidl et UNL, et l’Union des étudiants de France (Unef) s’y sont jointes.

Les 16.000 suppressions de poste prévues en 2010 sont le principal grief des syndicats qui comptent 50.000 postes détruits en trois ans et demandent une revalorisation des salaires et la révision de la réforme de la formation des enseignants.

Dès sa prise de fonction, Luc Chatel a mis fin au relatif espoir né après le départ de Xavier Darcos de la rue de Grenelle : non, il ne compte pas revenir sur le dogme du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Résultat : le projet de budget 2010, débattu actuellement au Parlement, prévoit bien 16 000 suppressions de postes dans l’éducation.

Qui viendront s’ajouter aux 13 500 de 2009, aux 11 200 de 2008… Au final, depuis 2002, ce sont près de 62 000 postes qui auront été supprimés dans les écoles, collèges et lycées. Un constat qui pousse la FSU et la Ferc CGT à réclamer « des recrutements à la hauteur des besoins ».

Car sur le terrain, les répercussions de cet « appauvrissement sans précédent de l’école publique », dixit le SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire, se font sentir de manière toujours plus aiguë. Pour essayer de maintenir dans les classes un taux d’encadrement vaguement identique d’une année sur l’autre, le ministère a, en effet, décidé de rogner en priorité sur tous les postes qui ne sont pas directement devant les élèves, ou ceux liés à des matières jugées secondaires. Enseignants détachés dans les musées ou les centres de documentation, profs chargés d’organiser des classes découvertes, maîtres spécialisés dans l’aide aux enfants en difficulté (Rased), profs de langue ou de technologie… Ceux qui représentaient, naguère, une richesse pour l’école publique sont devenus les premières victimes des coupes claires. Á titre d’exemple, depuis 2006, on compte ainsi, chaque année, seulement 415 embauches de profs de sport pour en moyenne 1 250 départs à la retraite. Soit le non-remplacement d’un fonctionnaire sur… trois ! Autre cible privilégiée du ministère : les titulaires remplaçants. Entre 5 000 et 10 000 postes ont disparu ces dernières années. Occasionnant de gros désordres dans les établissements, notamment du secondaire. « Les inspections académiques attendent souvent quinze jours avant de se préoccuper de trouver un remplaçant, ne cesse de dénoncer Jean-Jacques Hazan, président de la FCPE. Quinze jours, cela représente dix heures de français en moins ! » Du côté des enseignants, cette pénurie pèse lourd au quotidien. Les conclusions du questionnaire publié début octobre par quatre syndicats de la FSU sont sans appel : « La profession est plus que jamais sous pression. »

 

Source l'humanité

Tag(s) : #INFOS SYNDICALES

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :