Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suite à la colère déclenchée par son attitude abjecte Eric Woerth demande à Christine Boutin de « prendre en compte la]polémique » autour de sa mission sur la mondialisation.

Christine Boutin lors de l'université d'été de l'UMP le 7 septembre 2008 (Audrey Cerdan/Rue89).

 

 

Le virage à 180 degrés n'a pas pris longtemps. Vingt-quatre heures après la révélation par le Canard Enchaîné du salaire de Christine Boutin pour sa mission sur la mondialisation, son ministre de tutelle, Eric Woerth, a décrété jeudi qu'elle ne devrait pas cumuler les rémunérations.

La messe est dite pour la présidente du Parti chrétien-démocrate (PCD) ralliée à l'UMP, qui défendait le matin même dans la presse son cumul de salaires qui atteint la coquette somme de 18 000 euros mensuels.

Sur Europe1 ce jeudi matin, le ministre du Travail a arbitré :

« Je vais demander à Christine Boutin de prendre en compte cette polémique qui ne doit pas durer, pour renoncer à la part qui dépasse les 9 500 euros, c'est-à-dire renoncer au cumul entre sa pension de retraite et la rémunération qu'elle a avec sa mission. »

En pleine période de rigueur budgétaire et de sacrifices imposés, l'affaire fait mauvais effet et le gouvernement a donc très vite tranché.

L'arbitrage a dû se faire dans la nuit, car la principale intéressée ne semblait pas au courant du changement, selon ses déclarations au Parisien de ce jeudi matin :

« Oui, il y a un télescopage. Je comprends que cela puisse choquer. Mais je n'y peux rien. La loi est comme ça. »

L'ancienne ministre s'est lancée dans une opération de justification en ouvrant son bureau à la presse, et en expliquant sa mission. (Voir la vidéo)


Eric Woerth et le gouvernement ont toutefois estimé qu'il y avait plus important que la « loi » qui, effectivement, donne raison à Christine Boutin : la politique et la gestion des émotions publiques.

D'autant que, pour en rajouter, La Charente Libre révélait ce jeudi matin que les trois personnes -quatre au 1er juillet prochain- qui travaillent avec Christine Boutin reçoivent un salaire mensuel global proche de 22 000 euros.

Deux d'entre elles sont rétribuées 6 000 euros net par mois, une troisième perçoit 5 000 euros, selon le rapporteur de la mission Vincent You, le moins bien payé avec 4 740,67 euros, précisément.

L'opération déminage devenait donc urgente, et c'est Eric Woerth, auquel est rattachée Christine Boutin, qui s'y est collé jeudi matin. Les dégâts risquent toutefois d'être durables, à la fois pour l'image de l'ancienne ministre, vue comme une « chrétienne engagée », et pour la majorité en cette période de rigueur qui ne dit pas son nom.

 

1006_mykaiaBoutin_inside.jpg

 

Source ...

Tag(s) : #INFOS SYNDICALES

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :