Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ceux qui luttent 

 

Le gouvernement, le patronat et la baisse des cotisations sociales: l'insupportable discours

 

"Puisque nous vivons plus longtemps nous devons travailler plus longtemps" :

A chacun sa conception ; L’histoire contemporaine montre que, abstraction faite de la mortalité précoce, la durée de vie hors travail n’a cessé de croître et la durée du travail de baisser. Ainsi, le travail des enfants a reculé pour faire place à la formation initiale et, les gains de l’espérance de vie aidant, le temps consacré à la retraite n’a cessé de s’allonger sans pour autant remettre en cause la capacité de croissance.

 

La retraite c’est un salaire socialisé où salariés et patrons cotisent, dans un système par répartition solidaire et intergénérationnel. Le salaire c’est la croissance économique ; c’est la pérennité de l’emploi stable et l’amélioration des pensions de retraites. Il y urgence d’imposer aux patrons et au gouvernement une répartition des richesses et du PIB en direction de ceux qui les produisent

 

La réponse aux profits du capital, c’est lutter pour l’augmentation des salaires et des pensions de retraites, le recul de la précarité, l’amélioration des conditions et de la durée du travail, l’emploi stable et la suppression du chômage. Le SMIC à 1600 euros brut.

 

Le revenu de retraite ne peut plus être inférieur au Smic net pour une carrière complète. Il n'est pas acceptable que le "minimum vieillesse" soit inférieur au seuil de pauvreté (703 euros).

 

Il faut rééquilibrer les cotisations vieillesse par une augmentation de la part patronale du privé. Taxer les revenus financiers des entreprises à hauteur du taux de la contribution des salariés.

La CGT exige le retrait sans condition du projet de loi portant sur la réforme des retraites 

 

POUR LA CGT DES SOLUTIONS POUR FINANCER LES RETRAITES, IL Y EN A !

La suppression des niches fiscales = 75 milliards d’euros par an.

 

La lutte contre l’exil fiscal = 15 milliards d’euros par an.

La suppression des exonérations sécurité sociale patronales = 30 milliards d’euros par an.

 

L’instauration une cotisation retraite sur les revenus financiers des entreprises et des banques (260 milliards d’euros par an) de 8% qui est le taux appliqué aux cotisations sur les salaires = 22 milliards d’euros par an pour les retraites.

 

La mise en place d’une cotisation sur les stock-options = 3 milliards d’euros par an pour la sécurité sociale.

L’instauration une cotisation sur la participation, l’intéressement, l’épargne d’entreprise = 5 milliards d’euros par an pour la sécurité sociale.

 

Tous dans l'action le 7 septembre !

Tag(s) : #INFOS SYNDICALES

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :