Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

03.jpg

 

 

 

Cela ne surprendra personne et n’a d’ailleurs surpris quiconque, tant il est vrai que l’ oligarchie ploutocrate qui dirige actuellement le pays favorise l’accroissement de la richesse… pour les plus riches.

Selon une récente enquête de l’INSEE en effet,   la moyenne des très hauts revenus a augmenté plus rapidement que celle de l’ensemble de la population. La petite caste du 1% la plus riche de la population perçoit ainsi 5,5% des revenus d’activité, 32% des revenus du patrimoine et 48% des revenus exceptionnels déclarés (plus-values, levées d’options). Et le nombre de personnes riches grimpe fortement : entre 2004 et 2007, le nombre de personnes dépassant les 100.000 euros de revenus annuels s’est accru de 28%, et celui dépassant les 500.000 euros de 70%. Le 0,01% des plus aisés, soit 5800 personnes, ont augmenté sur 4 ans de 40% leurs revenus déclarés, à 690 000 € par an, hausse colossale, due surtout aux revenus financiers, revenus d’actions et de stock-options. Autre signe de creusement des inégalités, les salariés les mieux rémunérés du privé, souvent dirigeants ou financiers, sont payés sept fois plus que la moyenne des salariés à temps complet et ont bénéficié de hausses de salaires substantielles de 2002 à 2007, bien supérieures à l’ensemble des salariés. Cette catégorie de la population ne connaît donc pas la crise !

A l’autre bout de la lorgnette, et selon l’étude de l’INSEE, le salaire médian se situe à 1 510 € par mois (18 170 € annuels). La paupérisation de notre société ne cesse de croître : ce sont près de 8 millions de personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté estimé à 908 € par mois. Plus près de chez moi à Brive, ce sont des ombres qui, la nuit venue fouillent les containers poubelles du LIDL comme des rats, à la recherche d’expédients. A ralentir un soir pour observer, non pas par voyeurisme mais par incrédulité, je peux me rendre compte qu’il s’agit de personnes âgées, dont la retraite ne parvient même plus à subvenir à l’essentiel : bouffer !

La CGT, et le mouvement social dans son ensemble, ne peuvent et ne doivent en rester que sur un simple constat face à cet atterrant, pitoyable et inquiétant spectacle de cette fuite en avant d’un gouvernement aux abois qui, on le sait maintenant, n’a d’yeux que pour un capitalisme effréné, seul et unique responsable de la crise financière. Il ne lui reste plus qu’à nous faire avaler ses couleuvres qui ont de plus en plus de mal à être digérées.

La peur doit changer de camp !

 

source : Les copains de la Correze

Tag(s) : #INFOS SYNDICALES

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :