Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.industrie3000.com/IMG/jpg/porcherrachete.jpg

Après Oxame en redressement judiciaire, les Revinois s'inquiètent, à juste titre, pour leurs entreprises. Quelle est la situation chez Porcher ?

 

On le sait la situation économique revinoise n'est pas brillante. Toutes les entreprises tendent le dos en attendant que le marché reprenne. On connaît le contexte chez Ardam, mais comment ça va actuellement chez Porcher ?
La direction et les syndicats ont renouvelé une demande de chômage partiel pour l'année 2010, tout en espérant très fort ne pas l'utiliser. Actuellement, les salariés travaillent plein pot jusque mars, après il n'y a pas de visibilité.
« On ne sait rien pour la suite, on ne sait pas si on pourra continuer à travailler plein pot ou s'il sera nécessaire de recourir au chômage », explique Marie-Claude Moriau, secrétaire du CE.
La semaine dernière, une réunion de CE a eu lieu au sein de l'usine. Le volume de production a été annoncé pour l'année, il sera de 127.000 pièces. « Le gros grès est en diminution, en revanche nous récupérons des pièces en grès fin », note la secrétaire.
Le gros grès concernait surtout les receveurs de douche, les éviers et toutes les pièces de collectivité. Le grès fin porte sur de petites pièces, comme des petits lavabos, des lave-mains, etc. « La direction reconnaît notre savoir-faire dans ce domaine », précise Mme Moriau.
Plan de gestion des compétences
Cela dit, il ne faut pas se voiler la face. Les syndicats restent sur leurs gardes et sont très vigilants, car ils savent très bien que tout peut basculer.
Par ailleurs, actuellement un plan de gestion prévisionnelles des

emplois et compétences est en cours à l'usine.
Ce plan a pour but d'encadrer les salariés qui souhaitent partir de l'entreprise de leur plein gré, pour créer eux-mêmes leur propre société ou mettre en œuvre un projet.
Ce plan permettrait de diminuer les effectifs de l'usine en douceur, sans passer par les licenciements, tout en valorisant les projets des salariés.
Un cabinet d'études a été nommé. La direction, le cabinet et même les syndicats sont amenés à étudier les dossiers des personnes souhaitant partir, moyennant bien sûr finances.
Les indemnités versées se feraient au prorata du nombre d'années passées chez Porcher. « On ne veut surtout pas que les gens partent n'importe comment, on veut éviter que des salariés se retrouvent par la suite au Pôle Emploi », précise Marie-Claude Moriau.
L'usine Ideal Standard compte aujourd'hui 166 salariés, elle ne peut pas bien évidemment recourir à des intérimaires. Le directeur du site Emmanuel Maillot a été nommé directeur des opérations céramique France et s'occupe maintenant aussi du site de Dôle en plus de celui de Revin. Un directeur-adjoint a été désigné pour Revin il s'agit de Peter Ramsdonck.
Pour conclure, la secrétaire du CE ne cache pas ses inquiétudes : « C'est vrai que ça va mal, à Revin tant dans les entreprises que dans la vie commerciale. Pour notre part, nous sommes dans l'attente. On croise les doigts, mais nous restons très vigilants

».
source l'union V.K.

Tag(s) : #LES ARDENNES EN DETRESSE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :