Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

get.jpg

 

 

 

Le ministre de l'Intérieur assure que ses services sont mobilisés pour éviter tout débordement lors de mouvements sociaux car «on ne peut pas casser l'outil de travail»...

Outre le fait qu'un “socialiste” les accuse d'être eux-mêmes potentiellement responsables de la casse de leur outil de travail — un comble ! —, les milliers de salariés actuellement menacés de licenciement sont ravis d'apprendre que le gouvernement “socialiste” pour lequel ils ont voté prévoit de les infiltrer afin de mieux leur envoyer la cavalerie s'ils osent exprimer un peu trop leur «désespoir».


Le gouvernement précédent accusait en toute occasion les chômeurs d'être des profiteurs responsables de leur oisiveté : une stigmatisation insupportable, limite criminelle. Certains éprouvent du soulagement depuis l'élection de François Hollande, le discours officiel s'étant apaisé sur ce point. Mais c'est sans compter sur Manuel Valls qui, prenant la relève de Nicolas Sarkozy, stigmatise les futurs chômeurs, délinquants en puissance. A ses yeux, ce ne sont pas la finance et le grand patronat qui sont à l'origine de la fermeture de centaines d'usines, mais les salariés eux-mêmes !

Comme d'habitude, pour masquer les vraies responsabilités et s'en dédouaner, les victimes sont érigées en coupables qu'il faut absolument mater. Du côté des chômeurs, c'est Pôle Emploi qui jouait — et joue toujours — le rôle de bras armé du gouvernement. Du côté des futurs chômeurs, c'est la police qu'on appelle en renfort (aux abords de points chauds comme l'usine Renault de Flins, la présence policière s'est intensifiée) et qu'on sensibilise à cette dangereuse classe laborieuse «poussée au désespoir» et qui n'a plus «rien à perdre» (les services de renseignement sont mobilisés afin de «comprendre» et «anticiper» la «radicalisation» des conflits).

Casser des vies par centaines de milliers ? Ça n'a pas d'importance
. Non, il ne faut surtout pas «casser l'outil de travail», propriété exclusive des licencieurs, les vies censées s'échiner dessus étant désormais monnayables et interchangeables partout sur la planète.


Sous le coup du chantage à l'emploi, le trouillomètre est depuis longtemps fort élevé au sein des entreprises. Mais quand la colère gronde et qu'une convergence des luttes se dessine, la peur se met à changer de camp. Au diapason du pouvoir, les médias aux ordres ne parlent plus que des exactions de la CGT, épouvantail accusé d'entretenir une lutte des classes soi-disant obsolète, de refuser tout «dialogue social» (mais pas question de s'interroger sur l'attitude méprisable du patronat français), de politiser son action, voire de menacer des salariés non-grévistes. L'histoire des gentils Dunlop contre les méchants Goodyear sert d'emblème. Quant à la CFDT, annexe du Medef et maintenant du Parti socialiste, elle est encensée pour son imposture sa modernité et sa compromission culture du compromis qui, faute de protéger les droits des salariés, sauverait des emplois réduits à leur plus simple expression.

Chez PSA à Aulnay, des grévistes accusés d'avoir agressé des huissiers payés par la direction ont été convoqués à la sûreté territoriale de Bobigny et des vigiles privés aux allures de fafs surveillent le site. L'intimidation est générale, qu'elle se déploie au sein des entreprises, dans les médias (voir vidéos ci-dessous)… et au gouvernement. Manuel Valls, nouveau Daladier ? La guerre est déclarée.

Source

Tag(s) : #INFOS SYNDICALES

Partager cet article

Repost 0