Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://s1.e-monsite.com/2009/01/16/06/3406332total-1-jpg.jpg

La direction du groupe pétrolier a été contrainte de reculer devant la mise à l’arrêt de ses raffineries par les salariés grévistes. A l’issue d’une journée de négociations au siège de Total, la plupart des syndicats ont appelé mardi à cesser la grève dans les raffineries, ayant obtenu des avancées sur leurs demandes. Mais la parole reste aux grévistes qui voteront en assemblée générale dans les raffineries pour reprendre ou pas le travail.

Concernant l’avenir de Dunkerque, qui emploie 380 salariés (outre quelque 400 chez les sous-traitants), un comité central d’entreprise est toujours fixé au 8 mars.

Au niveau national, Total s’engage à ne procéder à aucune fermeture de raffinerie, en dehors, de celle, éventuelle, de Dunkerque "au cours des cinq prochaines années" précise la direction qui s’engage à "assurer au sein du groupe la pérennité de l’établissement des Flandres (Dunkerque)", mais pas nécessairement avec une activité de raffinage, à participer d’ici fin mars à une table ronde sur le bassin dunkerquois et à garantir un emploi chez Total aux salariés.

Une table ronde nationale sur l’avenir du raffinage en France, organisée par le gouvernement, doit avoir lieu au deuxième trimestre, a annoncé le ministre de l’Industrie Christian Estrosi.

Total met en avant des surcapacités de raffinage face à une consommation en baisse et les syndicats redoutent un désengagement progressif du groupe en France. Début février, l’Union Française des Industries Pétrolières a estimé que 10 à 15% des 114 raffineries européennes devrait fermer. En 10 ans, la demande de produits pétroliers a baissé de 8,9% en France.

Tag(s) : #INFOS SYNDICALES

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :