Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il est temps qu’on réagisse, parce qu’on va se faire bouffer". Cette sortie raciste d’André Valentin, maire UMP de Gussainville (Meuse), selon qui «y’en a déjà dix millions», «dix millions que l’on paye à rien foutre», n’a pas fait réagir Jean-François Copé.

La scène remonte à lundi.dernier  Elle se déroule à Verdun (Meuse), pour un des premiers débats sur l’identité nationale cher à Eric Besson. Comme le raconte un journaliste de RTL, «la salle est à moitié vide et le public plutôt âgé». Néanmoins, le sous-préfet prend ses précautions et demande aux participants d’«éviter tout anathème, toute insulte, toute expression d’opinion raciste ou xénophobe».

Sans succès. Plusieurs reporters tendent leur micro à André Valentin, maire UMP de Gussainville (une commune voisine de 40 habitants, selon le dernier recensement). Interrogé sur l’opportunité d’organiser un débat sur l’identité nationale par France 2, l’élu le juge «indispensable». Avant de déraper : «Il est temps qu’on réagisse, parce qu’on va se faire bouffer». «Par qui?» lui demande-t-on. Petit rictus. «Y’en a déjà dix millions», «dix millions que l’on paye à rien foutre», répond-il. A RTL, qui lui demande s’il pense qu’il «y a trop d’immigrés», il précise sa pensée : «sérieusement, je le crois».

La réaction de Jean-François Copé, président du groupe UMP à l’Assemblée Nationale, interrogé ce mercredi par RTL sur ce dérapage, laisse pantois. «On va libérer la parole. Point. Et moi j’estime que ces sujets, c’est parce qu’on n’en a pas parlé pendant trop longtemps.»

 


Tag(s) : #INFOS SYNDICALES

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :